cover
  ∨ Vie morale Franc-maçonnerie

Pourquoi ne peut-on être à la fois catholique et franc-maçon ?

Presque dès l’origine l’Église a multiplié les condamnations de la franc-maçonnerie, dénoncée de manière justifiée et prophétique comme une œuvre des ténèbres. Ses principes sont « inconciliables » avec la foi et ceux qui la rejoignent se mettent « au service d’une stratégie qu’ils ignorent ».
  • 1. 

    La franc-maçonnerie se réclame des confréries des constructeurs de Cathédrales des XII ° et XIII ° siècles, mais sa naissance dans la forme que nous lui connaissons s’est faite bien plus tard, au XVIII ° siècle, en Angleterre, dans le contexte de la fin des guerres de religion.

  • 2. 

    L’Église catholique a condamné de manière presque immédiate toute forme de franc-maçonnerie, soupçonnant une stratégie cachée à laquelle les membres adhèrent en se liant par un pacte inviolable et secret, autour de principes suspectés d’être en opposition avec la foi chrétienne. De Clément XII à Benoît XIV, les reproches portent sur le secret, le serment, la suspicion des états temporels, le soupçon d’hérésies, et l’indifférentisme religieux compte tenu de la variété des participants. Après la Révolution, les accusations pontificales deviennent plus graves, y ajoutant la subversion politique à des erreurs théologiques comme le naturalisme ou encore le syncrétisme, et cela du pape Pie VII à Léon XIII inclus. Ce qui n’a pas empêché un large développement des loges, dans le monde anglo-saxon à majorité protestante, ainsi qu’en Europe, mais aussi dans la France encore catholique où les bulles des papes ont été ignorées jusqu’au Concordat de 1802.

  • 3. 

    À la différence des franc-maçonneries anglo-saxonnes, qui sont restées des clubs un peu élitistes et spiritualistes, les loges se sont impliquées dès le début du XIXe siècle dans la vie politique et publique des pays latins, avec une évolution de plus en plus anticléricale. L’Église a dénoncé l’influence des loges dans la Révolution française de 1789 - même si cela fait débat entre les historiens -, dans la spoliation des États pontificaux, dans les révolutions de 1848, dans les idées socialistes et communistes, ainsi que dans les luttes en vue de la séparation de l’Église et de l’État.

  • 4. 

    Le Pape Léon XIII publiera finalement le 20 avril 1884 l’Encyclique « Humanum Genus », pour reprendre et détailler les condamnations par ses prédécesseurs de cette « œuvre du démon », « au service du royaume de Satan », en reprenant et confirmant la sentence d’excommunication latae sententiae (automatique) et en détaillant longuement ce qui rend ce courant de pensée incompatible avec la foi catholique, notamment le secret, le naturalisme, l’ésotérisme, le syncrétisme et le fait que les membres s’engagent pour de mauvaises raisons à l’aveugle, « au service d’une stratégie qu’il ignorent ».

  • 5. 

    Après Vatican II, l’établissement d’un nouveau code de droit Canon qui ne mentionnait pas explicitement la franc-maçonnerie a créé un débat vite refermé par la publication par la Congrégation pour la Doctrine de la Foi de deux déclarations qui confirment que le jugement négatif de l’Église et les condamnations restent inchangés.

  • 6. 

    Enfin, en dehors des questions proprement religieuses dénoncées par le Saint-Siège, le Grand-Orient de France (qui n’est qu’une obédience maçonnique parmi d’autres) prend régulièrement positions sur des questions politiques et morales qui ne peuvent qu’inquiéter, du fait d’un mode d’action opaque peu compatible avec les principes démocratiques.

modérateur du thème :

Côme

2

commentaires

postés

Jean 27/08/2015 13:24
toujours amusé de voir des réactions épidermiques de lecteurs nous sortant une belle phrase d'évangile, suivie de l'inquisition (regrettable, mais dont son contexte mérite une étude sérieuse, ref Sevilla), de la pédophilie (bien sur abjecte, mais qu'on regarde donc de plus près les chiffres désastreux en France), et cerise sur le gâteau, l'égalité homme femme dès la genèse (le petit père Combes ne s'est pas laissé aller au droit de vote pour les femmes, sinon...). Si l'Eglise était parfaite, avec des hommes et femmes parfaits, on ne serait pas sur terre que je sache. D'ailleurs j'en fait partie. Car que nous propose t'on d'autre? La vertu et l'intégrité de nos hommes politiques agnostiques, au pouvoir? Un Islam conquérant et gagnant? Un bouddhisme anesthésiant? Battons nous pour une Eglise catholique redevienne une belle référence et propose un bel idéal.
... Voir plus ...
UnFr 24/08/2015 19:55
Je ne connaissais pas ce journal jusqu'à aujourd'hui. Après la lecture de quelques articles on arrive à cerner la triste substance qui se cache derrière les mots. Au final l'adage " Pourquoi vois-tu la paille qui est dans l’œil de ton frère, et n'aperçois-tu pas la poutre qui est dans ton œil " ne semble pas s'appliquer ici. Ironie du sort, tout les articles portant sur des sujets sensibles pour certains chrétiens offrent des réponses dogmatiques. A titre d'exemple, francs-maçons, musulmans, révolutionnaires de 1789 se trouvent réduits à l'état de "déviants" tandis que d'un autre coté on observe une minimisation des atrocités commises par les servants de l'église à certaines époques. Lors des développements sur ce dernier point, et en particulier sur l'inquisition, on trouve d'une part, une pseudo démonstration de l'anachronisme des faits ("c'était il y a fort longtemps" donc nous n'avons rien à voir avec ça) et d'autre part, une minimisation de l'impact de telles crimes sur la société (typiquement: les autres on fait pire donc 10000 victimes sur plusieurs siècles ça n'est pas grand-chose). En somme, c'est la foire d'empoigne des syllogismes boiteux... J’aimerais trouver un article sur les institutions catholiques en Irlande durant XXe siècle pour me délecter de son contenu. J'imagine que la seule solution pour remettre dans le "droit chemin" des enfants laissés de côté par leurs parents et la société était de les confier à des cléricaux dont les problèmes de relations avec les enfants n'étaient, en fait, que de la transmission de vertu. Laquelle, on se demande... (Oui, ils étaient membre du clergé et non ça n'était pas anecdotique). Autre exemple de l'incohérence de certains articles, celui parlant de l'égalité homme-femme et du gender. On y apprend que la Genèse défini la femme comme l'égale de l'homme... pardonnez-moi, mais si elle est définie par essence comme un sous-produit de l'homme (certes, transfiguré par la main d'un créateur) elle n'en reste pas moins formés à partir des côtelettes du brave Adams... coté égalité on repassera. Et encore une fois, les révolutionnaires passent pour de sales machistes...
... Voir plus ...
29/08/2015 01:35

Il ne s'agit pas de minimiser des crimes ou de cacher des atrocités, mais de corriger des erreurs et de rappeler aussi des vérités.

Si l'Inquisition a causé 10.000 morts, c'est une information utile : cela veut dire que ce n'est pas 100.000 ni 1.000.000 et c'est très loin de 10 millions ou des 100 millions qu'on attribue parfois au communisme, alors qu'à entendre le discours ambiant, on a parfois le sentiment inverse que l'Inquisition fut bien plus grave que le communisme, non ?

Par ailleurs, on critique toujours l’Église sur une dizaine de sujets ponctuels (l'Inquisition, mais aussi les Borgia, les Croisades, Galilée, la pédophilie, etc) et on déforme souvent beaucoup les choses. Mais ces sujets ne concernent directement qu’une maigre partie des catholiques et on tend à oublier que la grande réalité de l’Église ce sont des multitudes d'hommes et de femmes, de prêtres, de moines, de moniales, de religieux et de religieuses qui donnent leur vie par amour pour leurs frères et pour Dieu, dans la prière, le don, la civilisation, le soin des pauvres, des malades, l'assistance aux mourants, aux faibles et aux désespérés. L’Église, c'est en réalité une vague de charité unique et jamais vue sur la surface de la terre (cf  http://www.catholicscomehome.org/about-our-tv-commercials.php), mais qui le dit ? Certes, des fautes ont été commises sur chacun des points délicats évoqués plus haut, ce qui justifie qu’on en parle, mais honnêtement. L’objectif aujourd’hui est d’aller de l’avant et de constater que l’Église est la seule communauté qui demande régulièrement pardon pour ses fautes et qui est toujours ouverte au débat en raison à condition qu'il soit respectueux et constructif dans la recherche de la vérité. C'est cela que nous voudrions faire sur ce site, avec ceux que ça intéresse sincèrement.

... Voir plus ...
bubbleRight aleteia Père Michel Viot
La réponse de Père Michel Viot

Michel Viot, né dans une famille catholique, se convertit au luthéranisme et devient pasteur. Il accède à des responsabilités avec la charge d'une des plus importantes paroisses luthériennes de Paris, l'église des Billettes dans le Marais et bientôt le titre d'inspecteur ecclésiastique, l'équivalent d'un évêque catholique. Il appartient également à la franc-maçonnerie, qu'il défend dans un livre, "Ces francs-maçons qui croient en Dieu". Là aussi il exerce des responsabilités importantes. Cependant dans le protestantisme il dérange par ses opinions monarchistes et des rituels proches du catholicisme, encens, vêpres et même chant grégorien.
Il pense depuis longtemps retourner à sa foi d'origine et franchit le pas en 2001 : il démissionne de ses fonctions et se fait recevoir dans l'Eglise catholique. Comme il n'est pas marié, il postule aussitôt à la prêtrise, devient diacre puis prêtre en 2003. Vicaire à Romorantin, il est nommé aumônier de la prison de Blois puis curé de la ville et responsable d'un large secteur paroissial. Il donne en outre de nombreuses conférences et écrit des ouvrages de réflexion sur l'avenir de l'Eglise et les liens entre les différentes confessions chrétiennes. Attaché aux valeurs traditionnelles, il renvoie dos à dos intégristes et progressistes. Ainsi La révolution chrétienne et De Luther à Benoît XVI, deux de ses récents titres.

Ses livres
  • « Chrétiens sans religion », Paris, Ed Albatros, 1975
  • « Ces francs-maçons qui croient en Dieu », Paris, Ed Quai Voltaire, 1992. Rééd Monaco, Ed du Rocher, 1995
  • « Paroles en chaire », Paris, Claire Vigne, 1975
  • « Le Vrai et le faux : comprendre la pensée de Benoît XVI », Paris, Ed de l’Oeuvre, 2009
  • « De Luther à Benoît XVI : itinéraire d’un ancien franc-maçon – entretiens avec Charles-Henri d’Andigné », Paris, Ed de l’Homme Nouveau, 2011
  • « La Révolution chrétienne : la nouvelle évangélisation pour quoi faire ? – entretiens avec l’abbé Guillaume de Tanoüarn », Paris, Ed de l’Homme Nouveau, 2012
  • « Les fondements bibliques de paternité et maternité », Versailles, Via Romana, 2013
  • « Dieu et l’Etat : signification de la fête du Christ Roi », Versailles, Via Romana 2013
  • « A l’écoute de la Bible - Année A - Homélies pour les dimanches et fêtes », Perpignan, Artège, 2013
  • « A l’écoute de la Bible - Année B - Homélies pour les dimanches et fêtes », Perpignan, Artège, 2014
Ses liens

Pour proposer un contenu intéressant sur ce thème

cliquez-ici

Top Vidéos

Serge Abad-Gallardo, quand un franc-maçon rejoint l'Église
Suite à une rencontre avec un frère franciscain, ce père de famille initié à la franc-maçonnerie chemine dans sa quête spirituelle personnelle jusqu'au rivage de la foi catholique. Cette expérience de Dieu le conduit à prendre le chemin de l’Église et quitter définitivement la franc-maçonnerie.
star aleteia star aleteia star aleteia 27min09sec

Top Vidéos

Un ancien franc-maçon témoigne
Condensé de conférences qui relate l’histoire étonnante du docteur Maurice Caillet au sein de la franc-maçonnerie, qui s’est suivie d’une stupéfiante conversion…

Les + : beau témoignage et complet, élocution claire.

Les - : vidéo vraiment longue, datée et montage moyen.
star aleteia star aleteia star aleteia 111min

Top Vidéos

Peut-on être catholique et franc-maçon ?
Arnaud Dumouch nous présente l’histoire de la franc-maçonnerie et nous rappelle pourquoi l’Église enseigne qu’on ne peut pas être catholique et franc-maçon.
star aleteia star aleteia 30min58sec

Top Articles (6)

Achats recommandés

J'étais franc-maçon : demandez et vous recevrez
J'étais franc-maçon : demandez et vous recevrez
Maurice Caillet, chirurgien, est resté quinze ans dans une loge maçonnique avant de découvrir le Christ. Un regard rétrospectif sur la franc-maçonnerie à travers une aventure personnelle passionnante.
star aleteia star aleteia star aleteia star aleteia

Achats recommandés

Peut-on être chrétien et franc-maçon ?
Peut-on être chrétien et franc-maçon ?
Ouvrage de référence de Mgr Rey qui explique clairement et de manière très concise la position de l’Église sur la question de la franc-maçonnerie.
star aleteia star aleteia star aleteia star aleteia

Achats recommandés

J'ai frappé à la porte du temple...
J'ai frappé à la porte du temple...
Témoignage passionnant sur les années que l'auteur a passé dans la franc-maçonnerie. Après sa conversion au christianisme (il était déjà baptisé, mais s'était éloigné de l'Église), il a compris que la religion catholique et l'idéologie maçonnique étaient incompatibles et a décidé d'en sortir. Il livre son itinéraire pour contribuer au discernement de ses frères "chrétiens" en franc-maçonnerie.  
star aleteia star aleteia