cover
  ∨ Foi et raisons Évolution

L’homme n’est-il qu’un singe plus évolué que les autres ?

Les plus évolués des singes montrent des aptitudes étonnantes, mais cela ne suffit pas à légitimer une conception simplement biologique de l’origine de l’homme. L’évolution de l’homme comporte des énigmes insolubles, et l’homme est plus que ce qu’il peut et pourra jamais savoir de lui-même.
  • 1. 

    L’Homme, restera toujours pour lui-même un mystère, car il ne peut être juge et partie. Sa raison avec laquelle il essaye de percer l’énigme de son origine et de sa destinée, apparaît elle-même bien plus comme un problème que comme une solution. Il applique alors une vielle recette : essayer de comprendre le mystérieux à l’aide de ce que l’on pense déjà connaître. Soit il se compare aux machines qu’il crée, soit il se compare aux animaux et tout spécialement aux singes qu’il connaît de mieux en mieux.

  • 2. 

    Le chimpanzé et l’homme présentent des similitudes génétiques nettes, mais sans portée déterminante. Elles sont dues au fait que les préhominiens, d’une part, et les ancêtres des "grands singes" (orang, gorille, chimpanzé, bonobo) d’autre part, se sont séparés et ont pris des directions évolutives différentes, il y a seulement 6 à 10 millions d’années. Ces éléments génétiques ne permettent cependant pas d’élucider le problème de l’hominisation.

  • 3. 

    Les singes et l’homme présentent des similitudes comportementales et cognitives notables, mais des similitudes seulement. Ces ressemblances, nous amusent et nous interpellent, il est légitime et instructif de les approfondir avec autant d’objectivité que possible. Cette tâche est difficile parce qu’elle met en jeu l’image que l’homme se fait de lui-même. Il faut éviter de tomber dans l’un de ces deux extrêmes : vouloir faire du singe quasiment l’équivalent d’un homme (inachevé), ou au contraire, méconnaître les étonnantes aptitudes de ces primates.

  • 4. 

    Les mythes nouveaux de la "culture" et de la "morale" simiesque ont été récemment promus à l’aide d’analogies grossières, dans le but de flouter l’opposition nature/culture et d’estomper la césure séparant l’humanité des singes, et aussi de promouvoir les bases d’une "morale" naturaliste issue de la pure biologie et ne devant rien à la spiritualité, pas plus qu’à la religion, et a fortiori à une quelconque Révélation.

  • 5. 

    L’adulation du monde simiesque fait partie d’un fléau plus large, la zoolâtrie. L’homme doit être le gestionnaire digne et responsable de la Création, tout particulièrement en traitant le mieux possible les animaux doués d’une sensibilité semblable à la sienne. Avec certains il peut partager de réels attachements. Mais l’animal n’est ni un enfant ni un alter ego ; au delà d’une affection légitime, l’idolâtrer c’est finalement renouer avec le paganisme surtout si cette vénération de l’animal s’accompagne d’une dévaluation de l’être humain et du christianisme.

  • 6. 

    Il n’est pas évident de rendre compte, par les mécanismes connus de l’évolution biologique, de toutes nos différences par rapports à nos "cousins" simiesques. Même en dehors de toute approche teintée de spiritualisme, nombre de scientifiques physicalistes reconnaissent que bien des d’énigmes demeurent.

  • 7. 

    Quelle est finalement, parmi toutes les spécificités humaines, celle qui est essentielle ? Répondre de façon exhaustive à cette question, implique de pouvoir nous regarder d’au-dessus de nous même. Cela, ni les neurosciences, ni l’éthologie, ni la psychologie, pas même la philosophie, ne peuvent l’accomplir, bien qu’elles apportent quelque lumière. Seule la spiritualité permet de nous considérer dans une perspective édifiante et décisive.

3

commentaires

postés

Jérôme Deldon 10/09/2017 14:20

Cette tentative de concilier la théorie de l'évolution avec le récit biblique pèche tant sur le plan scientifique que sur le plan théologique. Non seulement il n'y a aucune preuve d'une quelconque évolution mais une telle description de l'avènement de l'humanité est contraire à tout ce qu'enseigne la Bible. La théorie de l'évolution est une pseudo-théorie scientifique qui repose sur des présupposés matérialistes et athées qui biaisent l'interprétation des fossiles, et sur des extrapolations car les fossiles ne prouvent rien tant par leur nature et leur rareté. Faut-il faire remarquer que les seuls changements notables observés au sein d'une espèce vivante consistent soit en des anomalies génétiques plus ou moins graves, soit en des modifications très superficielles comme la couleur ou la taille. Je suis certain que tôt ou tard il y aura de plus en plus de biologistes qui comme Michael Denton écriront des livres tels que "Evolution, une théorie en crise" en ayant le courage de l'honnêteté et de la probité intellectuelle. Nous sommes comme envoutés par le rationalisme, le matérialisme et l'athéisme ambiants. Mais gageons que cette vision erronée de la vie sera démasquée!

... Voir plus ...
DANIEL 08/09/2017 09:48

Toute cette dialectique sur « l’humanité des animaux » ou « l’animalité des humains » se développe au fur et à mesure que Dieu disparaît des pensées. Rejetant Dieu - le Dieu de la Genèse, le Père de notre Seigneur Jésus-Christ, pas le Grand Architecte ni le dieu terrible des terroristes - on rejette aussi le surnaturel qui lui est attaché, la vie éternelle attachée au surnaturel, l’âme et la conscience morale qui lui est attachée, le péché et le Salut attachés à l’âme et à la vie éternelle, le Christ et son Evangile qui nous a révélé tout cela en l’attestant dans notre monde matériel et sensible. Dans la Religion chrétienne tout se tient car la Vérité ne peut se contredire de-ci de-là, alors que les philosophies et les fausses religions foisonnent de contradictions, d’incohérences, de zones d’ombre et passent leur temps dialectique à se contredire les unes les autres. C’est pourquoi si l’on casse une seule des expressions chrétienne de la Vérité, on détruit tout de proche en proche. En affirmant l’animalité de l’homme, les scientistes athées ont utilisé leur influence sur les masses humaines sans connaissance pour détruire toute la Révélation. Pourtant, saint Paul parle déjà de « l’homme animal » en opposition à l’homme spirituel car à cette époque le culte des effigies animales était battu en brèche par la spiritualité chrétienne et le fait que l’être humain était doté d’un corps associé à une âme était le paradigme universel de l’Occident. Ce paradigme fait parti des causes qui on fait se répandre la religion chrétienne car les humains étaient las et désespérés d’être traités tels des animaux et adhérèrent à cette bonne nouvelle du Christ (pour parler des esclaves sur lesquels reposaient l’économie de l’Empire, les romains disaient « cheptel humain »). Que ceux qui le peuvent lisent l’histoire antique qui a précédé de peu et suivi de peu l’avènement de notre Seigneur Jésus-Christ (qui n’est pas arrivé là et à cette époque comme « un cheveu sur la soupe ». Dire le contraire c’est nier sa divinité, sa centralisé dans le dessein divin). Qui peut nier que nous ayons un corps soumis aux mêmes lois biologiques que les animaux ? Personne ! Mais, de là à vouloir ignorer le reste - conscience et capacité conceptuelle - il y a le fossé de l’athéisme luciférien à franchir. Même en plaquant des « simili mots » humains (culture, langage, morale sociale, empathie, créativité et même intelligence, organisation sociale, …) sur les comportements animaux on ne peut y trouver une once de la vraie suprématie humaine « créée à l’image de Dieu ». Le problème est que les scientifiques, avec leurs équations et leurs microscopes, ne peuvent rendre compte de ce qui est dans l’homme et non dans l’animal. Ils n’ont aucune aptitude à percevoir et s’intéresser à l’essence humaine. Or il n’existe que leur intellect pour entrer dans la réalité spirituelle, aucun appareil de mesure si commode pour dire que l’on décrit « objectivement » la réalité. Je me souviens d’un devoir de philo sur la définition de l’intelligence (il y a très longtemps de cela) demandé par un professeur qui a bien du rire de toutes nos réponses et qui nous démontra ensuite que c’est la chose la plus difficile à définir. Mais le mot de « métaphysique » (créé par Aristote) est non seulement devenu ringard depuis Thomas d’Aquin mais fait partie de la « poubelle » des inepties au même titre que Dieu, âme, esprit, salut, surnaturel, vie éternelle, péché, morale, etc. L’humain, pour se réduire à un animal doit nier, par la voix de ses faux docteurs, toute trace de son essence non animale ! C’est de l’automutilation intellectuelle. L’autre problème vient du sentiment d’infériorité intellectuelle et la quasi-nulle culture scientifique des prélats qui préfèrent se taire, quand ils « n’hurlent pas avec les loups », afin de faire l’intellectuel réaliste face à certaines ouailles gagnées aux idées du siècle, et de les garder dans les statistiques. Descartes et ses contemporains jusqu’à Kant, ont commencé à épurer le discours philosophique de tout ce qui n’était pas objectif, c’est à dire objet naturel, sensible, simplement nommable, puis Darwin a été le premier à pénétrer par la brèche sapée par ses prédécesseurs scientistes. Cette régression philosophico-scientiste de la pensée a produit tous les drames humains accomplis à une échelle jamais atteinte avant et qui mènent l’humanité à n’être effectivement qu’un cheptel.

... Voir plus ...
frere elie 21/03/2016 09:34

DIEU fit l homme du limon de la terre si il avait pris une bête il aurait dit je transforme un animal en ma ressemblasse a moi

... Voir plus ...
bubbleRight aleteia Jean-Michel Olivereau

Docteur en neurosciences et professeur honoraire de l'Université Paris-Descartes, spécialiste des rapports entre science et foi, il participe à l'enseignement au studium de l'abbaye Notre-Dame de Sept-Fons (Allier). Catéchète pendant plus de dix ans auprès des élèves des classes préparatoires du lycée Stanislas (Paris).

 

Ses livres Ses liens

 http://www.chretiens-plateau-saclay.com/scientifiques_chretiens.html (pdf de quelques cours donnés au Studium de l'abbaye de Sept-Fons)

Documents de référence

"Quelle profusion dans tes œuvres, Seigneur ! (...) la terre s'emplit de tes biens. (...) Tu envoies ton souffle : ils sont créés ; tu renouvelles la face de la terre"
(Ps 103,24-30) 

Pour proposer un contenu intéressant sur ce thème

cliquez-ici

Top Vidéos

Jésus parle de la théorie de l'évolution (Maria Valtorta)
"L'homme actuel n'est pas le résultat d'une évolution qui monte,mais le résultat douloureux d'une évolution qui descend.

Car la faute d'Adam a entamé pour toujours la perfection physique, morale et spirituelle de l'homme initial".

On reste sans voix après cette vidéo.
star aleteia star aleteia star aleteia star aleteia 12min33sec

Top Vidéos

Évolution et création: qu'en pensent l'Eglise et la science?
Entretien avec le Père Jean-Baptiste, Chanoine Régulier de la Mère de Dieu, sur ce qu’enseigne l’Église sur la création et l’évolution de l’homme.
star aleteia star aleteia star aleteia star aleteia 9min15sec

Top Vidéos

Jean Duchesne : Sommes-nous désormais une minorité ?
La marginalisation de l'Église est un lieu commun. La croyance que l'humanité progresse infailliblement vers un monde meilleur, débarrassé de toute religion, est démentie par le tour que prend l'histoire. La sécularisation est une idée chrétienne et a besoin de la foi pour rester tolérante.
star aleteia star aleteia star aleteia 7min29sec

Top Vidéos

Académie catholique de France : Edgardo Carosella
Le rapport entre l'homme et la nature oscillait entre domination et conservation. Aujourd'hui, les deux tendances coexistent : la société sait que la science peut être dangereuse, mais se laisse tenter par le transhumanisme. Or aucun artifice n'est réalisable sans les matériaux de la nature.
star aleteia star aleteia star aleteia 8min29sec

Top Vidéos

Catholics and evolution
Cette vidéo (en anglais) nous montre comment on peut concilier la théorie de l'évolution avec les enseignements de la Bible.
star aleteia star aleteia 4min52sec

Achats recommandés

Notre existence a-t-elle un sens ?
Notre existence a-t-elle un sens ?
Un parcours de l'infiniment petit à l'infiniment grand à travers les sciences de la vie et de la terre qui apporte des éléments de réflexion concernant la question du réel et le darwinisme.
star aleteia star aleteia star aleteia star aleteia star aleteia

Achats recommandés

Catholix reloaded Essai la vérité du christianisme
Catholix reloaded Essai la vérité du christianisme
Réfuté, le christianisme ? Désintégré par les savoirs modernes ? Ce sont plutôt les préjugés contemporains à son sujet qui sont mal en point et ressortent désormais vides, artificiels, dépassés. Inversant les perspectives l'auteur s'empare de l'urgence et montre en quoi le christianisme est croyable et l'existence de Dieu rationnellement démontrable. Apologétique extrèmement Puissant, à lire, vite
star aleteia star aleteia star aleteia star aleteia

Achats recommandés

Le temps de la création
Le temps de la création
Un traité philosophique articulant la notion de création continuée et un appel à la sauvegarde de celle-ci. L'auteur discerne dans la Bible des éléments en faveur d'un dialogue entre métaphysique et écologie, donnant une justification théologique à la protection de la nature.
star aleteia star aleteia star aleteia star aleteia

Achats recommandés

L'atome, le singe et le cannibale
L'atome, le singe et le cannibale
Croisant science et expérience spirituelle, J.-M. Maldamé (dominicain) interroge la raison d'être du monde et son origine. Il montre en quoi la théorie de l'évolution permet de comprendre l'unité et la diversité des formes de vie et pose la question de l'avènement de l'humanité. Il éclaire le sens de la vie humaine et invite chacun à livrer un combat spirituel pour un monde réconcilié.
star aleteia star aleteia star aleteia star aleteia

Achats recommandés

Sciences, obstacles ou chemins vers Dieu ?
Sciences, obstacles ou chemins vers Dieu ?
Sur l'inéluctable question du rapport science et foi, Philippe Quentin nous livre une réflexion approfondie, claire et argumentée. L'auteur sonde les oppositions réelles et apparentes de l'une avec l'autre, examine leur mutuel apport et repense leur articulation sur fond de recherche commune de la vérité.
star aleteia star aleteia star aleteia star aleteia