cover
  ∨ À débattre Opinion

Pourquoi les Cristeros mexicains sont-ils entrés en guerre ?

C’est la plus grande insurrection catholique du XXe siècle, longtemps occultée par l’histoire officielle du Mexique. De 1926 à 1929, tout un peuple chrétien affronte l’armée fédérale, qui arbore le drapeau noir aux tibias entrecroisés aux cris de Viva el Demonio ! Ses martyrs seront béatifiés sous Jean-Paul II.
  • 1. 

    L’épopée des combattants et des martyrs Cristeros s’inscrit au Mexique dans l’histoire d’une longue persécution, qui commence en 1911 : l’histoire d’une révolution permanente menée par un parti de fonctionnaires et d’officiers contre tout l’être national de ce beau pays, qui se confond avec sa religion.

  • 2. 

    La loi fédérale du 14 juin 1926 frappe le dernier coup. Elle semble directement inspirée du dispositif édicté en France au début du XXe siècle par les Francs-Maçons – expulsion des congrégations religieuses, spécialement enseignantes ; inventaire des biens de l’Église aux fins de nationalisation ; mise hors-la-loi de toutes les organisations professionnelles non gouvernementales, c’est-à-dire catholiques…

  • 3. 

    Le peuple mexicain est au pied du mur, sommé de se défendre ou de périr dans la foi. La résistance est d’abord pacifique – immédiate, générale et exemplaire. Et tout entière à l’initiative des organisations de laïcs, qui commencent par épuiser l’une après l’autre les voies pacifiques sans aucun résultat.

  • 4. 

    A l'Été 1926, le sang chrétien du Mexique a coulé partout mais la nation continue d’exiger l’abrogation des articles anti-chrétiens. Face à l’aggravation du dispositif par Calles, la résistance s’organise militairement.

  • 5. 

    En juin 1927, quand le gouvernement mexicain ne contrôle plus que les capitales, force lui est de se rabattre sur les citadins. La répression du gouvernement est sanglante.

  • 6. 

    Selon certains, les Cristeros auraient violé la loi d’amour évangélique. Lors de la sortie du beau film de Dean Wright, For Greater Glory, la polémique a enflé sur leur prise d’armes ! L’Evangile n’exclut pas la "guerre juste" et le droit à l’insurrection dans les cas extrêmes de violation certaine, grave et prolongée des droits fondamentaux et après avoir épuisé tous les recours pacifiques : la situation au Mexique relevait assurément de tout cela. Dès avant la seconde guerre mondiale le Pape Pie XI s’est prononcé ouvertement en leur faveur et nombre d’entre eux ont été déclarés « martyrs de la foi » par l’Église.

  • 7. 

    En juillet 1929, suite aux accords signés entre l’épiscopat et le gouvernement mexicain (Arreglos), les Cristeros déposent les armes. Leur fin est triste et ressemble à un marché de dupes. Malgré l’amnistie, ils seront en réalité iniquement poursuivis et assassinés en grand nombre jusqu’en 1940.

0

commentaire

posté

bubbleRight aleteia Hugues Kéraly
La réponse de Hugues Kéraly

Hugues Kéraly, journaliste et philosophe chrétien, a fait ses premières armes dans le grand reportage en Amérique Latine. Sa rencontre avec les survivants de l’épopée cristera, qu’il a pu interroger dans sa langue maternelle, l’espagnol, remonte aux années soixante-dix.

Ses livres

Pour proposer un contenu intéressant sur ce thème

cliquez-ici